Pourquoi suis-je sauvé par la mort d’un homme il y a 2.000 ans ?

  1. La Rédemption est le plan d’amour de Dieu, qui est Justice et Miséricorde.
  2. Dieu s’est révélé à Moïse et a donné la Loi qui donne la Vie, mais « tous ont péché » et personne ne réussit à se sauver par la Loi.
  3. Jésus est le Dieu fait homme qui peut pardonner les péchés et accomplir la Loi parfaitement pour lui-même et pour les multitudes à qui il s’est uni à la Cène, le soir du Jeudi saint.
  4. Par ce Pacte d’alliance avec nous, Jésus scelle son destin au nôtre : il prend sur lui nos péchés et « devient » le Rédempteur.
  5. Le Christ devient malédiction pour nous et c’est comme si Dieu, qui n’a rien de commun avec le péché, se retirait, le laissant seul. C’est l’heure des ténèbres.
  6. La victoire de Christ sur la Croix est que son amour a infiniment dépassé le poids de tous les péchés du monde. En son corps, il a tué la haine et nous a rachetés au prix de son sang.
  7. Après la mort du Christ, Dieu juge en toute justice, que le Christ total mérite la Résurrection.
  8. Nous ne sommes sauvés que sous son manteau, en « revêtant le Christ » par le Baptême. Si nous choisissons la circoncision, le Christ ne nous sert plus à rien et il faut respecter toute la Loi.
  9. Il n’y a pas d’autre Chemin et ceux qu’il a rachetés doivent maintenant vivre avec Lui, en hommes nouveaux.
  10. La Messe est le rappel et la ratification de cette Alliance qui nous unit au Christ et qui nous sauve en son sang.

C’est par l’Alliance nouvelle et la Croix que s’opèrent la Rédemption et l’Adoption filiale de toute l’humanité en Dieu.

1. La Rédemption est le plan d’amour de Dieu, qui est Justice et Miséricorde.

- Le Christ est venu dans le monde pour deux choses :

- pour racheter les hommes du péché et de la mort,

- et pour leur donner la vie divine par l’adoption filiale, en leur permettant de devenir enfants
  de Dieu, comme frères et membres du Christ, qui est le seul et l’unique Fils de Dieu.

- Il y a bien deux choses différentes : le rachat des péchés et de la mort, qui est le fruit de la Rédemption, et l’adoption filiale qui nous fait participants de la nature divine, appelés à vivre la vie trinitaire, et qui est la conséquence de l’Incarnation : « Mais quand vint la plénitude du temps, Dieu envoya son Fils, né d'une femme, né sujet de la loi, afin de racheter les sujets de la Loi, et afin de nous conférer l'adoption filiale. » (Ga 4,5)

- Dieu est « justice et miséricorde » (Si 16,12, Ba 5,9 ; Os 2,21), et son plan d’amour rédempteur associera sa justice, qui, par amour, n’oublie pas le péché, et sa miséricorde, qui, par amour, est prête à tout pour le salut du monde.

2. Dieu s’est révélé à Moïse et a donné la Loi qui donne la Vie, mais tous ont péché et personne ne réussit à se sauver par la Loi

- Dieu a donné aux hommes au Sinaï le chemin pour mériter le Ciel et la vie auprès de Lui. Ce chemin, c’est de suivre et de respecter la Loi : « Fais cela et tu vivras » (Dt 30,16).

- Il n’y a, avant le Christ, qu’une seule Loi et qu’une seule manière de plaire à Dieu, qui consiste à respecter cette Loi : « Soyez parfait comme Dieu est parfait » (Mt 5,48).

- Mais le problème est que personne n’y arrive et que, comme dit Saint Paul : « Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Rm 3,23).

- « Tous sont soumis au péché, comme il est écrit : Il n'est pas de juste, pas un seul, il n'en est pas de sensé, pas un qui recherche Dieu. Tous ils sont dévoyés, ensemble pervertis; il n'en est pas qui fasse le bien, non, pas un seul. » (Rm 3,9).

- « Nous le savons, tout ce que dit la Loi, elle le dit pour ceux qui sont sous la Loi, afin que toute bouche soit fermée, et le monde entier reconnu coupable devant Dieu, puisque personne ne sera justifié devant lui par la pratique de la Loi. » (Rm 3,20)

- « Car Dieu a enfermé tous les hommes dans la désobéissance pour faire à tous miséricorde » (Rm 11,32).

3. Jésus est le Dieu fait homme qui peut pardonner les péchés et accomplir la Loi parfaitement pour lui-même et pour les multitudes à qui il s’est uni à la Cène, le soir du Jeudi saint

- Le Christ est venu non pour abolir la Loi, mais pour l’accomplir totalement : « N'allez pas croire que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir » (Mt 5,17).

- Jésus n'a pas aboli la Loi du Sinaï, mais il l'a accompli (cf. Mt 5,17-19) avec une telle perfection (cf. Jn 8,46) qu'il en révèle le sens ultime (cf. Mt 5,33) et qu'il rachète les transgressions contre elle (cf. He 9,15). (CEC 592)

- « Pas un iota ne passera de la Loi que tout ne soit accompli » (Mt 5,18).

- « Il est plus facile que le ciel et la terre passent que ne tombe un seul menu trait de la Loi » (Lc 16,17).

- Il est venu pour pardonner les péchés que seul Dieu peut pardonner et pour accomplir la Loi en le faisant au nom de tous, et pour tous.

- Le moment fondamental de la Rédemption est celui de la Cène où Jésus fait un Pacte avec son Père pour toute l’humanité. « C’est pour cette heure que je suis venu ». « Je ne suis pas venu pour condamner, mais pour sauver le monde » (Jn 12,47)

- Jésus offre à la Cène son corps et son sang « pour la multitude » et demande par cet acte à se lier réellement à tout homme. Il lie définitivement son destin au nôtre : il ne veut plus faire qu’un avec nous et il n’ira pas au Ciel sans nous : « Ceci est mon corps livré pour vous. Ceci est mon sang, le sang de l’Alliance nouvelle et éternelle, qui est livré pour vous et pour la multitude » (Mt 26,26 ; Mc 14,22)

4. Par ce Pacte d’alliance avec nous, Jésus scelle son destin au nôtre : il prend sur lui nos péchés et devient le Rédempteur.

- En prenant sur lui nos péchés, Jésus « devient » le Rédempteur.

- Mais pour que ce lien soit vrai, il faut que Jésus voit réellement à quoi l’engage cet acte de s’unir à tous, et qu’il sente le poids de ce choix. Veux-tu vraiment être uni à celui-là avec tout son poids de péché ? Es-tu prêt à pardonner à lui ? Et à lui ? Et à celui-là ?

- Et le Christ répond inlassablement « oui » et il pardonne à tous.

- « Vous qui étiez morts du fait de vos fautes et de votre chair incirconcise, Il vous a fait revivre avec lui! Il nous a pardonné toutes nos fautes ! » (Col 2,13)

- Et « la preuve que Dieu nous aime, c'est que le Christ, alors que nous étions encore pécheurs, est mort pour nous. » (Rm 5,8)

- Il nous veut tous et « Il a pris sur lui le péché des multitudes » (Is 53,12) mais il doit mesurer le poids de notre péché, et la boue le submerge.

- Il en souffre infiniment, et ce poids est trop lourd : « Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne » (Lc 22,42).

- Mais il dit « oui » par amour : « Cependant non pas ma volonté, mais la tienne » (Lc 22,42).

- Il est le Rédempteur, « l'agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » (Jn 1,29) parce que « le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à tous » (Is 53,6).

5. Le Christ devient malédiction pour nous et Dieu qui n’a rien de commun avec le péché se retire, le laissant seul. C’est l’heure des ténèbres.

- Ainsi « Celui qui n'avait pas connu le péché, Dieu l'a fait "péché" pour nous, afin qu'en lui nous devenions justice de Dieu. » (2 Co 5,21).

- C’est comme si Dieu se retirait à ce moment, car « il n’y a rien de commun entre Dieu et le péché » (2 Co 6,15). C’est alors l’heure des ténèbres où le Christ reste seul, abandonné de tous, et où il demande l’aide de Pierre, Jacques et Jean. Mais ils s’endorment et seule Marie, l’ange de la consolation, est encore unie à lui, dans la prière.

- Le Christ parlera de cet abandon sur la Croix « Mon Dieu, mon Dieu Pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Mc 15,34 reprenant le Psaume 21).

- Dieu se retire, le laissant « maudit » pour nous : « Le Christ nous a rachetés de cette malédiction de la Loi, devenu lui-même "malédiction" pour nous, car il est écrit: Maudit quiconque pend au gibet, afin qu'aux païens passe dans le Christ Jésus la bénédiction d'Abraham et que par la foi nous recevions l'Esprit de la promesse. » (Ga 3,13).

- A « l’heure des ténèbres » (Lc 22,53), le mal va pouvoir se déchaîner contre Jésus, tout au long de sa Passion.

6. La victoire de Christ sur la Croix est que son amour a infiniment dépassé le poids de tous les péchés du monde. En son corps, il a tué la haine et nous a rachetés au prix de son sang.

- Le mal et la haine prennent a cours de la Passion une dimension infinie et Jésus souffre physiquement de toutes ses blessures, mais plus encore moralement de l’abandon de ses amis et du péché de ses ennemis, et plus encore des souffrances de sa mère, et encore bien davantage de l’absence apparente de Dieu qui rompt le lien le plus fondamental de sa vie.

- « Objet de mépris, abandonné des hommes, homme de douleur », « Or ce sont nos souffrances qu’il portait et nos douleurs dont il était chargé » (Is 53,3)

- Le mal se déchaîne et devrait provoquer un début de haine en retour, mais Jésus n’est qu’amour et la victoire du Christ sur la Croix est de n’avoir répondu à toute la haine qui le submerge que par un surcroit d’amour.

- Dans son corps, il a vaincu la haine : « Car c'est lui qui est notre paix, lui qui des deux peuples n'en a fait qu'un, détruisant la barrière qui les séparait, supprimant en sa chair la haine, cette Loi des préceptes avec ses ordonnances, pour créer en sa personne les deux en un seul Homme Nouveau, faire la paix, et les réconcilier avec Dieu, tous deux en un seul Corps, par la Croix: en sa personne il a tué la Haine » (Ep 2,14).

- « Il a effacé, au détriment des ordonnances légales, la cédule de notre dette, qui nous était contraire; il l'a supprimée en la clouant à la croix. ».

- Il dit même encore sa soif infinie du salut de tous, parce que l’amour du Christ dépasse infiniment la haine : « J’ai soif » (Jn 19,28).

7. Après la mort du Christ, Dieu juge en toute justice, que le Christ total mérite la Résurrection.

- A la mort du Christ, Dieu juge et pose le regard sur le destin de son Fils.

- En toute justice, le poids de l’amour que le Christ a montré dépasse infiniment le péché des hommes, qu’il a porté avec lui.

- Le monde illuminé par la beauté de l’amour du Rédempteur est redevenu beau sous le regard de Dieu qui oublie les péchés et les ingratitudes des hommes.

- En toute justice, Dieu ne peut pas laisser celui qui a parfaitement accompli la Loi d’amour dans la corruption du tombeau : « Tu ne laisseras pas ton Saint voir la corruption » (Ac 2,27 ; Ps 16,8)

- Pour le Christ s’ouvrent donc les portes du Ciel et Lui seul a mérité d’y entrer : « Dieu la exalté, le faisant chef et sauveur » (Ac 5,31). « Digne est l'Agneau égorgé de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire et la louange. » (Ap 5,12)

- « Le Christ, survenu comme grand prêtre des biens à venir, traversant la tente plus grande et plus parfaite qui n'est pas faite de main d'homme, c'est-à-dire qui n'est pas de cette création, entra une fois pour toutes dans le sanctuaire, non pas avec du sang de boucs et de jeunes taureaux, mais avec son propre sang, nous ayant acquis une rédemption éternelle » (Hb 9,12).

- « Resplendissement de sa gloire, effigie de sa substance, ce Fils qui soutient l'univers par sa parole puissante, ayant accompli la purification des péchés, s'est assis à la droite de la Majesté dans les hauteurs, devenu d'autant supérieur aux anges que le nom qu'il a reçu en héritage est incomparable au leur » (Hb 1,3).

8. Nous ne sommes sauvés que sous son manteau, en revêtant le Christ par le Baptême. Si nous choisissons la circoncision, le Christ ne nous sert plus à rien et il faut respecter toute la Loi.

- Nous n’entrons au Ciel que grâce à Lui, par Lui, sous son manteau, quand nous avons revêtu le Christ : « Vous tous en effet, baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ » (Ga 3,27)

- Il n’y a qu’un seul ressuscité et c’est le Christ et nous ne participons à sa Résurrection que dans la mesure où nous lui appartenons par le baptême, nous sommes membres du Christ qui nous nourrissons de son corps et de son sang, pour vivre de la vie du Christ : « Ignorez-vous que, baptisés dans le Christ Jésus, c'est dans sa mort que tous nous avons été baptisés ?  Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême dans la mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous vivions nous aussi dans une vie nouvelle » (Rm 6,3).

- « Il est la tête et nous sommes les membres » (Ep 5,30).

- « Il est le Principe, Premier-né d'entre les morts, (il fallait qu'il obtînt en tout la primauté), car Dieu s'est plu à faire habiter en lui toute la Plénitude et par lui à réconcilier tous les êtres pour lui, aussi bien sur la terre que dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix » (Col 1,18).

- Dès lors, la circoncision ne nous sert plus à rien. Seul Jésus a pu respecter la Loi intégralement et mériter le Ciel par elle. Si nous choisissons la circoncision, le Christ ne nous sert de rien : nous devons respecter toute la Loi.

- « C'est moi, Paul, qui vous le dis: si vous vous faites circoncire, le Christ ne vous servira de rien. De nouveau je l'atteste à tout homme qui se fait circoncire: il est tenu à l'observance intégrale de la Loi. Vous avez rompu avec le Christ, vous qui cherchez la justice dans la Loi; vous êtes déchus de la grâce. » (Ga 5,2).

- « Je n'ai rien voulu savoir parmi vous sinon Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié » (1 Co 2,2).

- « La circoncision te sert si tu pratiques la Loi » (Rm 2,25).

- « Le Christ est médiateur d'une nouvelle alliance, afin que, sa mort ayant eu lieu pour racheter les transgressions de la première alliance » (Hb 9,15).

9. Il n’y a pas d’autre Chemin et ceux qu’il a rachetés doivent maintenant vivre avec Lui, en hommes nouveaux.

- Voila pourquoi il n’y a pas d’autre chemin vers Dieu que le Christ : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14,6)

- « Il n’y a pas d’autre nom sous le ciel par lequel il nous faille être sauvés » (Ac 4,12).

- « Le Christ est chef de l’Eglise, lui le Sauveur du Corps » (Ep 5,23).

- « Ainsi donc, comme la faute d'un seul a entraîné sur tous les hommes une condamnation, de même l'œuvre de justice d'un seul procure à tous une justification qui donne la vie. Comme en effet par la désobéissance d'un seul homme la multitude a été constituée pécheresse, ainsi par l'obéissance d'un seul la multitude sera-t-elle constituée juste. » (Rm 5,18).

- « Il a tout mis sous ses pieds, et l'a constitué, au sommet de tout, Tête pour l'Eglise, laquelle est son Corps, la Plénitude de Celui qui est rempli, tout en tout. » (Ep 1,22)

- Il nous a rachetés par son sang du péché et de la mort : « Vous avez bel et bien été achetés ! Glorifiez donc Dieu dans votre corps » (1 Co 6,20).

- « Vous avez bel et bien été achetés ! Ne vous rendez plus esclaves des hommes » (1 Co 7,23).

- « Il nous a en effet arrachés à l'empire des ténèbres et nous a transférés dans le Royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés. » (Col 1,13).

- « Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, s'est manifestée, le Christ Jésus qui s'est livré pour nous afin de nous racheter de toute iniquité et de purifier un peuple qui lui appartienne en propre, un peuple zélé pour le bien. » (Tt 2,14)

- « Tu es digne de prendre le livre et d'en ouvrir les sceaux, car tu fus égorgé et tu rachetas pour Dieu, au prix de ton sang, des hommes de toute race, langue, peuple et nation; tu as fait d'eux pour notre Dieu une Royauté de Prêtres régnant sur la terre. » (Ap 5,9)

- « Jésus Christ s’est livré pour nos péchés afin de nous arracher à ce monde actuel et mauvais » (Ga 1,4).

- « Il nous délivre de la colère qui vient » (1 Th 1,10).

- « Car l'amour du Christ nous presse, à la pensée que, si un seul est mort pour tous, alors tous sont morts. Et il est mort pour tous, afin que les vivants ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux. » (2 Co 5,14)

10. La Messe est le rappel et la ratification de cette Alliance qui nous unit au Christ et qui nous sauve en son sang.

- L’Eglise est son Epouse, liée à lui par le sang du Pacte scellé à la Cène. « Ecris: Heureux les gens invités au festin de noce de l'Agneau. Ces paroles de Dieu, ajouta-t-il, sont vraies. » (Ap 19,9)

- La messe est l’actualisation du sacrifice du Christ et la ratification de notre côté de l’Alliance qu’il propose « par lui, avec lui et en lui » à tout homme pour le rachat des péchés par les mérites de la Passion du Christ et la divinisation de notre vie par la participation à sa vie divine. « Moi, je suis le pain de vie. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra pour toujours. » (Jn 6,51).

- « L'Eglise ne cesse jamais de revivre sa mort sur la croix et sa résurrection qui constituent le contenu de la vie quotidienne de l'Eglise. C'est en effet sur mandat du Christ lui-même, son Maître, que l'Eglise célèbre sans cesse l'Eucharistie, trouvant en elle « la source de la vie et de la sainteté » (Redemptor Hominis n°7).