Comment expliquer que les extraordinaires apparitions de la Vierge à Zeitoun, si peu contestées, soient si peu connues ?

  1. Les apparitions de la Vierge Marie au dessus d’une Eglise Copte à Zeitoun, à partir du 2 avril 1968, devraient être extrêmement connues car elles ont été extraordinaires à plus d’un titre.
  2. Elles ont commencé le 2 avril 1968, à des mécaniciens et chauffeurs musulmans, et se sont prolongées longtemps, sur plusieurs mois et même épisodiquement sur plusieurs années.
  3. On possède d’innombrables témoignages concordants de milliers et des milliers de personnes, chrétiens ou musulmans, qui les ont vues, parfois pendant des heures, parmi la foule présente sur place qui atteignait parfois 250.000 personnes.
  4. Les apparitions de la Vierge s’accompagnaient de phénomènes extraordinaires visibles, dont les photos qui ont été prises permettent de se faire une idée, et de nombreuses guérisons.
  5. Les évêques de la Commission d’enquête instituée par le Patriarcat Copte Orthodoxe d’Egypte venus sur place ont été eux aussi témoins de ces apparitions et la reconnaissance officielle par le Pape Cyrille VI, patriarche orthodoxe d’Alexandrie a été publiée dès le 5 mai 1968 dans les principaux organes de presse égyptiens et dans la presse étrangère,
  6. Le patriarche copte catholique s’associa immédiatement à cette reconnaissance et jamais personne n’opposa la moindre contradiction sur la réalité de ces manifestations uniques.
  7. Jamais aucune autre religion n’a donné à connaître une manifestation surnaturelle comparable, et des nouvelles aussi extraordinaires qui apportent des preuves de la vérité de la foi chrétienne auraient évidemment dû faire le tour du monde, provoquer de multiples conversions et être sans cesse connues et répétées, si les cœurs n’étaient pas fermés par tant de préjugés et si les médias couvraient équitablement ce qui concerne le christianisme.

Les apparitions de la Vierge Marie à Zeitoun ont été certifiées par des milliers de témoins et on ne comprend pas pourquoi ces faits ne sont pas mieux connus ...

1. Les apparitions de la Vierge Marie au dessus d’une Eglise Copte à Zeitoun, à partir du 2 avril 1968, devraient être extrêmement connues car elles ont été extraordinaires à plus d’un titre.

- En 1920, un propriétaire Copte aisé, Tawfiq Khalil Bey, se proposait de construire un immeuble sur un terrain qu’il possédait à Zeitoun, quartier populaire de la banlieue du Caire, où la Tradition disait que la Sainte Famille s’était arrêtée, au cours de leur fuite en Egypte.

- Mais la Vierge lui apparut en rêve et lui promit que s’il construisait une église à la place du bâtiment envisagé, elle honorerait le lieu d’une manière singulière.

- L’église fut bâtie en 1924 par l’architecte italien Leomingelli au croisement de la rue Touman-Bey et d’une autre appelée depuis lors « avenue Khalil ».

- C’est cette petite église Copte que la Vierge Marie choisit pour des apparitions extraordinaires par leur durée, le nombre de leurs témoins, la quantité des miracles et des signes donnés, et par l’évidence et la force de cette manifestation surnaturelle.

2. Ces apparitions ont commencé le 2 avril 1968, à des mécaniciens et chauffeurs musulmans, et se sont prolongées longtemps, sur plusieurs mois et même, avec quelques interruptions, sur plusieurs années.

- La nuit du mardi 2 avril 1968, à 22h30, des mécaniciens et des chauffeurs musulmans des transports publics arrivant à leur garage, juste en face de l’église, aperçurent tout à coup une « dame en blanc agenouillée » près de la croix au sommet du dôme.

- L’un d’eux, Farouk Mohammed Atwa, croyant qu’il s’agissait d’une dame tentant de se suicider, cria pour l’en dissuader et se précipita vers un téléphone pour appeler les pompiers à la rescousse.

- Ses compagnons, quant à eux, alertèrent un prêtre de la paroisse, le père Constantin Moussa.

- A ce moment la « dame » se releva et apparut vêtue d’une somptueuse robe de lumière.

- Une femme qui observait la scène du bas s’écria : « Sittna Maryam ! » - « Notre-Dame Marie ! »

- Le lendemain, Farouk Mohammed Atwa se rendit à l’hôpital pour les soins que requérait l’un de ses doigts, amputé en raison d’une gangrène ; à la grande surprise du chirurgien, il était complètement guéri.

- Une semaine plus tard, une seconde apparition eut lieu, suivie de beaucoup d’autres, qui survinrent toutes de nuit.

- La Vierge n'a pas prononcé un seul mot. Elle venait à l’improviste, le plus souvent la nuit, dans des attitudes et des vêtements variés.

- Les plus éclatantes apparitions eurent lieu entre le 27 avril et le 15 juin 1968.

- A partir de 1970, elles furent moins fréquentes, environ une par mois, même si certaines furent très spectaculaires.

3. On possède d’innombrables témoignages concordants de milliers et des milliers de personnes, chrétiens ou musulmans, qui les ont vues, parfois pendant des heures, parmi la foule présente sur place qui atteignait parfois 250.000 personnes.

- Les très nombreuses apparitions de la Vierge furent visibles pour d’innombrables personnes pendant des durées très longues : ainsi les 4-5 mai et les 8-9 juin, la Vierge fut visible de 20h00 à 5h00 du matin.

- Ceux qui voyaient la Vierge n'étaient pas seulement les chrétiens, coptes, catholiques ou orthodoxes, mais aussi, et même en majorité, les musulmans.

- Pendant plusieurs semaines sur place, la foule croissait sans cesse, provoquant de très gros embouteillages.

- Lors des apparitions de la Mère de Dieu à Zeitoun, les fidèles, qui ne la voyaient pas tous, ont noté qu'elle était toujours douce, souvent souriante, mais quelquefois aussi, grave et triste.

- On estime que pour la seule année 1968, la moyenne des fidèles présents devait être d'environ 50.000 et pouvait monter jusqu'à 250.000 personnes certaines nuits, comme il était rapporté à la « Une » du journal égyptien Al-Ahram du 27 avril 1968.

4. Les apparitions de la Vierge s’accompagnaient de phénomènes extraordinaires visibles, dont les photos qui ont été prises permettent de se faire une idée, et de nombreuses guérisons.

- Les apparitions étaient précédées de phénomènes lumineux décrits par les témoins comme des « pluies de diamants ».

- Puis surgissaient des colombes de lumière, volant autour du dôme de l’église.

- Enfin, dans une véritable explosion de lumière, Notre-Dame apparaissait vêtue le plus souvent d’une longue robe blanche, couronnée d’un halo de lumière et coiffée d’un long voile bleu éblouissant.

- On distinguait parfois nettement ses traits et même l'expression de son visage.

- Au moins une fois, elle est apparue sans voile, ses cheveux descendant jusqu'à ses épaules.

- Parfois d’abondants nuages de couleur ocre répandaient autour d’elle une odeur d’encens.

- Son éclat, semblable à celui du soleil, était tel qu’on avait du mal à discerner les détails de son apparence.

- S’inclinant et tendant les bras vers la foule, elle semblait la bénir, parfois avec un rameau d’olivier.

- Occasionnellement, la Vierge fut aperçue tenant l’Enfant Jésus dans ses bras, ou encore en compagnie de Saint Joseph et de Jésus âgé d’environ 12 ans.

- Des clichés ont été pris par différents photographes. La pellicule n'arrivait pas toujours à fixer ce que les yeux pouvaient voir, mais on dispose cependant de photos où l'on voit très nettement la silhouette de Marie.

- Le 13 avril 1968, le photographe Wagih Rizk Matta fut le premier à prendre des clichés étonnants et il guérit sur le champ d’une blessure au bras, comme bien d’autres qui furent aussi guéris en se rendant sur place.

- Beaucoup ont bénéficié de guérisons miraculeuses et ces faits, connus dans toute l’Egypte, ont fait l'objet de témoignages innombrables, d'enquêtes, de multitudes d’articles de journaux et de revues dans le pays, pendant des années.

- Il lui est même arrivé de se manifester portant une couronne et il y avait souvent des oiseaux lumineux tournant autour d’elle sans battre des ailes.

- Elle était presque toujours comme lumineuse et il arrivait que cette lumière fût si intense qu'il fallait quelque temps pour arriver à distinguer le visage qui s'en détachait.

5. Les évêques de la Commission d’enquête instituée par le Patriarcat Copte Orthodoxe d’Egypte venus sur place ont été eux aussi témoins de ces apparitions et la reconnaissance officielle par le Pape Cyrille VI, patriarche orthodoxe d’Alexandrie a été publiée dès le 5 mai 1968 dans les principaux organes de presse égyptiens et dans la presse étrangère.

- Sa Sainteté Kyrillos VI, Pape d'Alexandrie et Patriarche de la Prédication de saint Marc, institua une commission composée de 12 évêques et prêtres coptes, chargée d'étudier les phénomènes de Zeitoun, qui conclu très vite et favorablement : « Nous avons le grand honneur de soumettre à votre Sainteté le résultat des investigations menées sur les apparitions de la Sainte Vierge, survenues en notre église orthodoxe copte de Zeitoun, au Caire. Le 23 avril 1968, après avoir été nommés par votre Sainteté, nous nous sommes rendus à l'endroit où se dresse l'église et avons pris contact avec ceux qui avaient été témoins des apparitions. Après avoir recueilli les déclarations des employés du garage, nous sommes parvenus à la conclusion que l'apparition de la Sainte Vierge Marie s'est produite plusieurs fois au sommet et à l'intérieur des dômes de l'église à partir du 2 avril 1968. Ces apparitions ont surtout été observées par les employés du garage, dont le témoignage a été confirmé par les habitants de Zeitoun, tant musulmans que chrétiens. Des foules de gens venant de différentes régions du pays ont pu observer les apparitions de la Sainte Vierge, et un grand nombre d'entre eux ont certifié la réalité de ces apparitions et envoyé leurs témoignages, accompagnés de messages écrits enthousiastes. Désirant voir l'apparition de nos propres yeux, afin de pouvoir en juger en toute certitude, nous avons passé plusieurs nuits dans le voisinage de l'église. Finalement, nous avons aperçu le buste de la Sainte Vierge entouré d'un halo. Ensuite, elle apparut en entier et se déplaça entre les dômes. Puis, elle s'agenouilla devant la croix et, finalement, bénit les multitudes. Une autre nuit, nous avons vu des colombes aussi blanches que la neige, irradiant de la lumière. Les colombes apparurent soudainement et disparurent aussi mystérieusement. Elles semblèrent voler du dôme vers le ciel et elles ne battaient pas des ailes comme font d'habitude les oiseaux. Nous avons glorifié le Dieu Tout-Puissant d'avoir permis aux habitants de la terre de voir la gloire des habitants du ciel. »

- La déclaration officielle de Cyrille VI du 5 mai 1968 fut publiée dans les principaux organes de presse égyptiens et dans la presse étrangère : « Le Siège patriarcal déclare avec une foi complète, une grande joie et une humble gratitude envers le Tout-Puissant, que la Bienheureuse Vierge Marie est apparue à plusieurs reprises sous des formes claires et stables, durant plusieurs nuit et durant des périodes variées pouvant aller jusqu’à plus de deux heures, depuis le 2 avril 1968 jusqu’à maintenant, au dessus de l’Eglise Copte de Zeitoun, au Caire, sur la route de Matarieh, où la Sainte Famille passa durant son séjour en Egypte, tel que le rapporte la tradition. Nous espérons que cette bénédiction sera un signe de paix pour le monde et un présage de prospérité pour notre pays bien-aimé et béni ».

- Dès 1969, l’Eglise Copte orthodoxe inséra dans son calendrier liturgique une fête de la transfiguration de la Vierge Marie à Zeitoun, célébrée maintenant chaque année le 24 barmahat (2 avril). 

6. Le patriarche copte catholique s’associa immédiatement à cette reconnaissance et jamais personne n’opposa la moindre contradiction sur la réalité de ces manifestations uniques, dont la signification et la portée ont du mal à être mesurées.

- Quelle pouvait être la signification de si impressionnantes manifestations de la Vierge ?

- Zeitoun signifie "olives" en arabe, et l’olivier, dont un rameau fut tenu par la Vierge lors de certaines de ses apparitions, est un symbole de paix bienvenu au moment où minorité copte était menacée d’une forte oppression programmée par Anouar-El Sadate, qui était un ancien Frère musulman assez fanatique avant ces apparitions.

- C’était aussi après la terrible guerre des Six Jours (1967) avait endeuillé le Proche-Orient.

- A la suite de la prise de Jérusalem par Israël, il devenait pratiquement impossible aux Coptes d’aller en pèlerinages aux Lieux Saints et Jehan Sadate, la veuve du Président assassiné, impressionnée par ce grand signe du Ciel, écrivit ainsi au nom de Marie, dans sa biographie intitulée Une femme d’Egypte : « Peuple d’Egypte, je sais que tu ne pourras plus venir me voir à Jérusalem ; aussi est-ce moi qui suis venue te voir au Caire ». 

7. Jamais aucune autre religion n’a donné à connaître une manifestation surnaturelle comparable, et des nouvelles aussi extraordinaires qui apportent des preuves de la vérité de la foi chrétienne auraient évidemment dû faire le tour du monde, provoquer de multiples conversions, et être sans cesse connues et répétées, si les cœurs n’étaient pas fermés par tant de préjugés et si les médias couvraient équitablement ce qui concerne le christianisme.

- Les manifestations surnaturelles de Zeitoun n’ont pas d’équivalent dans aucune autre religion.

- En cette terre d’Egypte où le Seigneur permis que Moïse multiplie les prodiges extraordinaires pour permettre la sortie du Peuple d’Israël, une nouvelle épiphanie étonnante s’est déroulée sous les yeux de milliers de témoins, au XX° siècle.

- Une telle singularité et des preuves aussi fortes de la vérité chrétienne auraient dû déclencher des réactions émerveillées en conséquence et porter de très heureux fruits de conversion, mais même si l’Egypte en a été profondément marquée, le monde n’a pas pris la mesure de l’événement.

- Personne n’a contesté sérieusement la réalité de cette manifestation surnaturelle : devant de telles évidences, il n’y a rien a dire.

- Mais les préjugés et la fermeture des cœurs à la religion est telle que les apparitions de Zeitoun, qui sont un signe de plus de la vérité et de la beauté de l’Evangile, demeurent encore aujourd’hui très méconnues.

Bibliographie :

  • Christian Cannuyer, « Caire II », dans René Laurentin et Patrick Sbalchiero, Dictionnaire des « apparitions » de la Vierge Marie, Paris, Fayard, 2007, p. 154-158 ;
  • Brigitte Voile, Les Coptes d’Egypte sous Nasser. Sainteté, miracles, apparitions, Paris, CNRS Éditions, 2004, p. 215-244.
  • François Brune, La Vierge de l’Egypte, Paris, Philippe Lebaud, 2004 ;